Too Cool for Internet Explorer
AccueilMosaïquePlan du siteSuivre la vie du siteA propos de...1 photo = 1 donAccès réservé

Petit Nacré

Description

Nom scientifique Issoria lathonia
Nom anglais Queen of Spain Fritillary
Nom allemand Silbriger (Kleiner) Perlmutterfalter
Nom néerlandais Kleine parelmoervlinder

Photos de Petit Nacré Issoria lathonia (Queen of Spain Fritillary) à l’approche avec Eos 7d 60 mm macro réalisées en septembre 2010, Réserve Naturelle de la vallée de la Hulle, Willerzie, commune de Gedinne, province de Namur, Belgique

Classification

OrdreLepidoptera
Famille Nymphalidae
Sous Famille Nymphalinae
GenreIssoria
Envergure de 38 à 46 mm.
Période de volavril – octobre en deux ou trois générations
Plante hôteViolettes sauvages (Viola spp.)

- - -

Qui l’eut cru ? Au 19ème siècle les activités minières de zinc sont en pleine explosion. Face à la production croissante et l’essor de ces activités, les terrains industriels sur lesquels ils s’épanouissent ne bénéficient évidemment à l’époque d’aucune mesure concrète de protection de la Nature. Vidés de leurs potentialités, ils sont aujourd’hui abandonnés. Reprenant ses droits, la Nature s’y est pourtant redévelopper et certains sites gagent même aujourd’hui du statut de réserve Naturelle. C’est l’exemple du site minier de Plombière, en Belgique. Saturé en métaux lourds (halde calaminaire), son sol est recouvert d’une végétation tout à fait spécifique de plantes dites métallophytes. Les fortes concentrations de métaux lourds agissent en effet comme un facteur limitant pour toutes les plantes des « terrains normaux » ; incapables de sélectionner l’apport des métaux lourds par leur racine. De mai à octobre, la pensée calaminaire Viola calaminaria étale donc ses tapis sans aucune autre forme de concurrence. Il n’en fallait pas moins pour que s’installe ici une population de Petit Nacré Issoria lathonia. Outre le fait que les pensées soient vitales pour ses chenilles, l’espèce profite aussi d’un milieu ouvert stable dans le temps, idéal pour s’installer à long terme. Une fois sortie de leur chrysalide, les papillons profiteront à la fois des rayons du soleil et de la chaleur accumulée du sol métallifère. Suite à ces bains de soleil, ne leur reste plus qu’à se délecter du nectar des fleurs des pelouses. De quoi hésiter à repartir vers de nouveaux horizons (orientaux) comme la plupart des petits nacrés du territoire belge.

- - -

Dernière mise à jour le lundi 13 septembre 2010

Photographies de l'album

Dans la même rubrique...