Too Cool for Internet Explorer
AccueilMosaïquePlan du siteSuivre la vie du siteA propos de...1 photo = 1 donAccès réservé

Eléphant de mer austral

Description

Nom scientifique Mirounga leonina
Nom anglais Southern Elephant Seal
Nom allemand Südlicher-Seelefant
Nom espagnol Elefante marino

Eléphant de mer austral Mirounga leonina (Southern Elephant Seal) à l’approche avec Eos MARK III + 400 mm. Réalisées en décembre 2010, Carcass Island et Sea Lion Island, Archipel des Malouines, Territoire d’outre-mer du Royaume-Uni.

Classification

OrdreCarnivora
Famille Phocidae
Taille 2,70 m en moyenne pour les femelles contre parfois plus de 6 mètres pour les mâles
Poids500 kg en moyenne pour les femelles contre 4 tonnes en moyenne pour les mâles
Longévité20 ans

Au cœur du 19ème siècle, les modes de vie européens et nord américains changent brusquement. Une vaste population rurale migre en direction des cités. La révolution industrielle est en plein essor et le développement des villes sans précédent. A l’heure où nombre de travailleurs participent au progrès durant la journée, les soirées s’animent pour oublier la misère et un confort de vie peu enviable aujourd’hui. Pourtant, on ne dispose pas encore de mode d’éclairage moderne. L’extraction des matières fossiles commence tout juste et l’électricité n’existe pas. A l’époque, s’impose donc une forte demande en huile, pour bruler dans les lampes, mais aussi pour fabriquer du savon, de la peinture ou du lubrifiant. Le commerce de la graisse d’animaux sauvages, fondue pour faire de l’huile, est alors à son apogée. Pour l’alimenter, un véritable massacre se perpétue méticuleusement pendant des dizaines d’années. En première ligne, celui de l’éléphant de mer, lisez plutôt ce que relate A.E. Bremh dans son ouvrage « L’Homme et les Animaux » paru fin du 19ème : « "Ces malheureux animaux ne peuvent, comme les baleines se réfugier dans les parties inabordables de la mer ; ils ne peuvent fuir leur sort ; ils sont condamnés à attendre que le dernier d’entre eux ait succombé sous les coups de l’homme". On extrait alors jusqu’à 750 kg de graisse hypodermique sur des animaux mutilés et agonisants. Imaginez qu’à cette période, on interdit tout juste aux enfants de 8-12 ans de travailler plus de 8h par jours, alors la condition animale… Aux Malouines, plusieurs centaines de chaloupes sillonnent très vite les côtes. A terre, les marins de chaque embarcation tuent quotidiennement une centaine d’individus à l’aide de grandes lances. Mais ça n’est jamais assez rentable pour les grandes familles américaines qui gèrent les expéditions et engrangent de véritables fortunes. On décide alors d’occuper les iles de manière permanente en s’installant près des grosses colonies. Bien sûr le massacre prend une telle ampleur que chaque année le produit de l’activité diminue. Pour rentabiliser, on décide même d’espacer le trajet des navires qui récoltent les huiles, laissant les chasseurs dans des conditions de vie réellement misérables ! Si certains négociants furent condamnés pour avoir « oublier » leurs ouvriers à certains endroits, c’est finalement la raréfaction des prises qui sauva les éléphants de mer de l’extinction. Arrive d’ailleurs le pétrole, ses produits dérivés et l’électricité dans les foyers. Petit à petit, le peuple se tourne vers la nouvelle technologie, lampe à pétrole et lampe électrique détrônent les lampes à huile traditionnelles. A l’aube de la Première Guerre Mondiale, le commerce de la graisse animal chute irrémédiablement et la chasse incontrôlée depuis 1786 est soumise à licences et quotas à partir de 1909. Elle s’étalera malgré tout jusqu’à 1968 !

Dernière mise à jour le samedi 30 avril 2011

Photographies de l'album

Dans la même rubrique...