Too Cool for Internet Explorer
AccueilMosaïquePlan du siteSuivre la vie du siteA propos de...1 photo = 1 donAccès réservé

Pipit correndera des Malouines

Description

Nom scientifique Anthus correndera grayi
Nom anglais Falkland Pipit
Nom allemand Correnderapieper
Nom espagnol Bisbita Correndera
Nom italien Pispola di Correndera

Pipit correndera des Malouines Anthus correndera grayi (Falkland Pipit) à l’approche avec Eos MARK III + 400 mm avec doubleur. Réalisées en décembre 2010, Port Howard, West falkland, Archipel des Malouines, Territoire d’outre-mer du Royaume-Uni.

Classification

OrdrePassériformes
Famille Motacillidae
Taille15-16 cm

Seulement neuf espèces de passereaux utilisent l’archipel des Malouines pour s’y reproduire. Tous les européens qui observent, en hiver, les oiseaux à la mangeoire conviendront que c’est très peu, au regard de la densité d’espèces observée dans leur jardin. Au sud-est de l’Océan Atlantique, le milieu subit sans cesse les attaques des vents marins. En conséquence, le paysage est dépourvu d’arbres et le milieu ouvert. Cette caractéristique constitue ce que l’on appelle un facteur limitant pour les passereaux qui n’expriment pas ici une forte diversité d’espèces comme ils sont capable de le faire ailleurs. Ceux qui s’y reproduisent ont donc développé une capacité d’adaptation remarquable face à ce milieu hostile. Notons que chacun d’entre eux descend de familles ou d’espèces (on parle alors de sous-espèces) vivant encore au sud des Terres du continent sud-Américain. Depuis la fin de la dernière période glaciaire, l’Holocène, il s’est écoulée 10 000 années durant lesquelles le paysage terrestre a considérablement changé. La fonte des glaces a ainsi provoqué l’isolement progressif de l’archipel des Malouines et de ses populations de passereaux qui se distinguent aujourd’hui de leur représentant les plus proches. Parmi eux figure une sous-espèce du pipit des Malouines Anthus correndera grayi, qui diffère légèrement par la taille le poids et le plumage des quatre autres représentants de l’espèce. Ajoutons aux différences, un comportement, des habitudes et un chant qui lui est propre et qui tendra certainement un jour (d’ici quelques milliers d’années quand même !) à le considérer comme une espèce en tant que tel.

Dernière mise à jour le samedi 4 juin 2011

Photographies de l'album

Dans la même rubrique...