Too Cool for Internet Explorer
AccueilMosaïquePlan du siteSuivre la vie du siteA propos de...1 photo = 1 donAccès réservé

Albatros à sourcils noirs

Description

Nom scientifique Thalassarche melanophris
Nom anglais Black-browed Albatross
Nom allemand Schwarzbrauenalbatros
Nom espagnol Albatros Ojeroso
Nom italien Albatros dal sopracciglio nero
Nom néerlandais Wenkbrauwalbatros

Albatros à sourcils noirs Thalassarche melanophris (Black-browed Albatross) à l’approche avec Eos MARK III + 400 mm. Réalisées en novembre 2010, Saunders Island, Archipel des Malouines, Territoire d’outre-mer du Royaume-Uni.

Classification

OrdreProcellariiformes
Famille Diomédéidés
Taille80 à 90 cm
Envergure 213 à 246 cm
Poids3000 à 5000 g
Longévité60 ans

Septembre,

C’est le printemps austral et les jours rallongent, influencés par leur horloge interne (pour ne pas dire leur glandes sexuelles), les Albatros à sourcil noir effectuent leur migration prénuptiale. Destination incontournable au large du Cap Horn, l’archipel des Malouines joue un rôle clef pour la reproduction de l’espèce puisque une partie de ses falaises abruptes et enherbées abritent, en moyenne, plus de 70% de sa population mondiale. Sillonnant le grand large des Océans du sud le reste de l’année, ces immenses voiliers, de près de 2,5 mètres d’envergure, rejoignent ainsi la terre ferme et un environnement idéal avec des « pistes de décollage » battus par les vents. Unis pour la vie, les albatros retrouvent à la fois leur partenaire et leur ancien nid. Courant octobre, ils pondent ainsi un œuf unique au sommet d’une colonne de terre, d’algues, d’herbes et de guano, qu’ils utilisent tout au long de leur existence. Imaginez le paysage côtier lorsque plusieurs dizaines de milliers d’oiseaux alignent leurs promontoires, de 50cm de hauteur, fraichement rénovés face à la mer !

Bémol, Comme de nombreuses espèces, on assiste malheureusement aujourd’hui à une désertification constante de ces colonies et la création de réserves Naturelles n’enrayera pas le problème. Les adultes manquent de proies pour nourrir convenablement les jeunes à cause de la (sur) pêche industrielle. D’autre part, les albatros sont trop souvent victimes de la pêche à la palangre (lignes de plusieurs dizaines de kilomètres avec plusieurs milliers d’hameçons) voire des filets dérivants.

Espèce protégé par la convention de Bonn, il faudra néanmoins faire évoluer les techniques de pêche si l’on veut continuer à les observer durablement.

Des alternatives existent et font aujourd’hui figure d’exemple en la matière. Falkland fishery (en partenaria avec Falkland Islands Seabird Conservation) a ainsi mis au point toute une série de mesures pour limiter la mortalité des oiseaux marins au large de ses côtes.

Pour en savoir plus n’hésitez pas à consulter cette page (en anglais) : http://www.falklandsconservation.com/wildlife/albatross/FCAlbertPP2.pdf

Dernière mise à jour le mercredi 2 février 2011

Photographies de l'album

Dans la même rubrique...